La passion
des grands vins

Les grands crus

Régions viticoles

La fabrication du vin

Quel vin ?

Des vins sucrés de fêtes

Les vins moelleux

Grâce aux sucres résiduels qui ont dépassé la phase de fermentation, les vins moelleux laissent du velours en bouche.

Les vins doux naturels

Par l’ajout d’alcool éthylique, la fermentation du moût est interrompue. Le sucre résiduel et fruité perdure, et l’alcoométrie augmente.

Les vins liquoreux

Généralement issus du raisin blanc, les vins liquoreux détiennent un taux de sucre résiduel dépassant 45 grammes par litre.

Liquoreux français

Les vins blancs liquoreux

Les raisins blancs constituent les principales ressources pour la fabrication du vin liquoreux, mais l’on peut également en fabriquer à partir des raisins noirs. En général, le fabricant attend que le fruit soit très mûr, pour atteindre un taux élevé de sucre.

Après fermentation, une partie de ce sucre ne s’est pas transformé en alcool. Ce sucre résiduel rappelle le goût d’une liqueur.

Principaux cépages

Un cépage se définit simplement par une variété de raisin, pour fabriquer du vin. Il existe plus d’une centaine de cépages dans le monde, répartis en rouge et blanc. Les vins ont tous des arômes différents, et cette différence vient de plusieurs facteurs.

Appellations

Les appellations des vins représentent un label délivré par l’Institut National des Appellations d’Origine. Elles s’obtiennent pour un produit fabriqué dans une zone géographique définie, suivant des méthodes reconnues.

Pays producteurs de liquoreux

Outre notre mère patrie reconnue en production de vins liquoreux, d’autres pays européens comme l’Italie et l’Espagne en produisent également. La fabrication s’effectue même au-delà des océans, comme en Australie.

Monbazillac : petite présentation de la plus grande appellation de liquoreux au monde

Régions viticoles

Dégustation de vins liquoreux

Déguster un vin liquoreux diffère totalement du principe de boire du vin. La dégustation résulte d’une technique que les professionnels de l’œnologie mettent des années à assimiler, avant d’atteindre le niveau estimé de connaisseur. Plusieurs sens contribuent à atteindre ce fameux titre.

Avant même de goûter, il faut déjà avoir l’œil pour bien déguster, en fonction de la texture et de la couleur.

Le nez est également mis à contribution dans cette procédure, pour donner une note à l’intensité, déterminer la qualité, et surtout reconnaître le caractère de chaque vin liquoreux. Ce n’est qu’après toutes ces étapes que la bouche entre en jeu. Une dégustation bien effectuée vous permettra de noter l’acidité, l’amertume, l’alcool, le sucre et les tanins.